Le compost, écologique et économique

A+ A- A

En faisant du compost, vous posez un geste concret pour la qualité de l’environnement tout en participant à la réduction des coûts qu’implique l’enfouissement des déchets. Il vous suffit simplement de les accumuler en tas ou dans une boîte à compost, humidifier et aérer si nécessaire et voilà ! Dame Nature se charge du reste et vous redonnera l’année suivante, un terreau riche en éléments nutritifs qu’on appelle compost. Pratiquement toutes les matières végétales peuvent être incorporées au compost. Pour accélérer et équilibrer le processus, il est conseillé d’alterner les matières sèches et les matières humides en proportion 50-50.

Matières sèches (ou dites brunes) : Elles contiennent peu d’eau et sont souvent riches en carbone. Cette catégorie comprend les feuilles mortes, la terre, la sciure de bois, la paille, les trognons et fleurs séchées, le gazon séché, le papier, les mouchoirs, etc.

Matières humides (ou vertes) : Elles contiennent beaucoup d’eau et sont souvent riches en azote. Cette catégorie comprend les résidus de fruits et légumes, les sachets de thé et marcs de café, les résidus de désherbage, le gazon, etc.

Matière à éviter : Viandes, matières grasses, produits laitiers.

NB : Gazon : Quoi qu’il soit suggéré de le laisser sur place après la coupe car il sert à nourrir directement la pelouse, on peu en incorporer en petite quantité dans le compost. En trop grande quantité, le gazon compactera votre tas de compost et ce dernier manquera d’air.